Le centre > Faq > Anejaculation : FOIRE AUX QUESTIONS

Anejaculation : FOIRE AUX QUESTIONS

Question : J’ai subi une ablation de l’adénome prostatique par les voies naturelles (résection endoscopique prostatique) il y a quelques mois. Je n’ai plus d’éjaculation lors des rapports sexuels. Pourquoi ? Est-ce que cela va « revenir » ?

Réponse : L’absence d’éjaculation après une intervention sur l’adénome prostatique par voie chirurgicale abdominale ou par voie endoscopique est due à une éjaculation rétrograde. L’intervention a en effet entraîné un ouverture permanente du col vésical qui ne joue plus son rôle de blocage d’amont du sperme lors de sa mise en pression dans l’urèthre prostatique. Le sperme est donc émis dans la vessie et est dilué dans l’urine.

L’éjaculation rétrograde post-opératoire est un phénomène constant et irréversible. C’est pourquoi il faut parfaitement informer le patient avant l’intervention et obtenir son consentement. Seule l’éjaculation est alors perturbée ; l’érection est normale et permet des rapports sexuels satisfaisants. De même, l’orgasme survient normalement lors de la contraction des muscles périnéaux, période où le sperme est évacué vers la vessie.

Question : J’ai fait une dépression qui est traitée par des antidépresseurs. Mes éjaculations sont retardées et de faible volume. Y a-il une relation ?

Réponse : OUI. Les antidépresseurs altèrent la fermeture du col vésical et sont ainsi responsables d’une éjaculation rétrograde. Par ailleurs, ils allongent la latence éjaculatoire c’est-à-dire que l’éjaculation survient avec un délai plus long. Pour améliorer la situation, il faut envisager de diminuer les doses d’antidépresseurs voire d’arrêter le traitement si possible.

Question : Un cancer de la prostate m’a été diagnostiqué ? y a-il une relation entre cancer de la prostate et éjaculation ?

Réponse : NON. Un cancer de la prostate en cours d’évolution ne modifie pas la physiologie de l’éjaculation. Il n’en est pas de même des traitements qui peuvent m’être proposé. Si le cancer est localisé et que mon âge est inférieur à 70 ans, un traitement chirurgical par prostatectomie radicale peut être envisagé. Il s’agit d’une intervention radicale qui a pour but l’exérèse de la totalité de la prostate et des vésicules séminales. La conséquence de cette ablation est un défaut de production de sperme et un défaut d’expulsion. Il y a donc anéjaculation. Celle-ci s’accompagne dans la majorité des cas de troubles de l’érection (impuissance) car la chirurgie lèse les nerfs qui commandent l’érection car ils siègent au contact latéral de la prostate.

Par ailleurs, en l’absence d’intervention, le traitement peut comporter une castration (chimique ou chirurgicale) dont le but est de supprimer la sécrétion de testostérone qui favorise la croissance des cellules prostatiques cancéreuses. La conséquence secondaire de cette suppression de sécrétion de testostérone est l’anéjaculation par défaut de production, la testostérone favorisant la formation des spermatozoïdes et du sperme.

Contactez-nous