Le centre > Faq > Anomalie de coloration des urines : D’OÙ CELA VIENT-IL ?

Anomalie de coloration des urines : D’OÙ CELA VIENT-IL ?

D’OÙ CELA VIENT-IL ?

L’aspect anormal des urines est souvent la traduction d’une maladie urologique ou non et peut orienter les explorations.

La coloration jaune paille des urines peut subir des variations de concentration en fonction de l’importance des apports hydriques et donc de la diurèse. Des apports hydriques faibles et/ou des pertes hydriques extra rénales importantes (sudation) se traduisent par des urines peu abondantes et foncées. À l’inverse, un apport hydrique important va se traduire par une diurèse abondante et des urines très claires.

Par ailleurs des urines très foncées peuvent témoigner d’un dysfonctionnement hépatique et non rénal (cholestase). À l’opposé, en cas d’insuffisance rénale, l’incapacité du rein pour concentrer les urines explique que celles-ci sont anormalement claires, même en cas de faible diurèse.

La coloration des urines va orienter la recherche d’une cause.

URINES TROUBLES

Elles sont le plus souvent le témoin d’une infection urinaire haute (pyélonéphrite) ou basse (cystite, prostatite).

L’interrogatoire recherche des symptômes associés (fièvre, brûlures mictionnelles, dysurie, …) qui orientent le diagnostic. Des bandelettes urinaires permettent de prouver l’existence d’une leucocyturie (concentration ≥ 10 000/ml). L’ECBU confirme l’infection par la numération et l’identification des germes en cause. La présence de polynucléaires altérés fait parler de pyurie (présence de pus dans les urines). L’absence de germes décelables malgré une leucocyturie doit faire rechercher une tuberculose (recherche de BK urinaire, Intradermo-réaction à la tuberculine, …).

Dans de rares cas, les urines troubles témoignent d’une élimination de cristaux (phosphates, carbonates, urates). Le diagnostic est fait par analyse chimique des urines.

HÉMATURIE

Les causes des hématuries sont abordées à la rubrique Hématurie.

L’hématurie macroscopique peut concerner une anomalie sur la voie excrétrice urinaire (hématurie urologique) ou un dysfonctionnement du rein (hématurie néphrologique). La présence de caillots qui peuvent être à l’origine de troubles fonctionnels (colique néphrétique, dysurie, rétention aiguë d’urines) est en faveur d’une origine urologique. Il n’y a, en effet, pas de caillots dans les hématuries néphrologiques qui sont le témoin d’un passage d’hématies à travers le glomérule rénal : glomérulopathie. En revanche il y a souvent une protéinurie associée.

URINES LACTESCENTES

Elles traduisent en général une communication entre le système lymphatique et les urines. On parle de chylurie.
Cette chylurie peut être d’origine :

Parasitaire : la filariose lymphatique est la plus fréquente.
Post-traumatique ou tumorale : c’est une cause plus rare.

URINES GAZEUSES

Elle traduit une pneumaturie. L’origine est soit externe soit interne :

Interne : c’est une communication entre colon et vessie appelée fistule colo-vésicale.
Externe : c’est une cause fréquente et transitoire. Elle survient après un sondage qui artificiellement introduit de l’air dans la vessie.

URINES FÉCALOÏDES

La présence de matières fécales dans les urines traduit une communication entre tube digestif (intestin grêle, colon) et vessie.

Contactez-nous