Le centre > Faq > Quelle hygiène de vie adopter pour prévenir de l'infection rénale?

Quelle hygiène de vie adopter pour prévenir de l'infection rénale?

QUELLE HYGIÈNE DE VIE ADOPTER ?

La prévention des pyélonéphrites repose essentiellement sur la prévention des infections urinaires basses.

POINTS FORTS

1er point : Diurèse satisfaisante par boissons abondantes ( 2 l/24 h).
2e point : Mesures d’hygiène locale.
3e point : Traitement hormonal local préventif après la ménopause.

Les pyélonéphrites aiguës font le plus souvent suites à une infection urinaire basse (cystite). Il convient donc de prévenir la survenue de celle-ci.

La prévention des infections urinaires repose sur quelques principes :

Assurer une diurèse satisfaisante par des apports hydriques conséquents ( 2 l/24 h). Une bonne diurèse permet, en effet, d’assurer une élimination complète des micro bactéries.

Nombre d’infections urinaires surviennent après les rapports sexuels. Il faut donc rappeler la nécessité de vider la vessie après un rapport sexuel et de prévoir une toilette intime.

Chez la femme ménopausée, la modification hormonale entraîne une hypotrophie tissulaire et une atrophie des muqueuses. La vessie lutte donc moins efficacement contre la présence de germes. Il est donc souhaitable de lutter contre ce phénomène par l’institution d’un traitement local œstrogénique préventif (par exemple Colpotrophine® en ovules vaginaux).

Toute infection urinaire basse déclarée doit faire l’objet d’un traitement antibiotique après un ECBU pour identifier le germe responsable. Ce traitement permet d’éradiquer l’infection basse et d’éviter sa propagation au haut appareil urinaire.

Contactez-nous