Le centre > Faq > Anéjaculation : D’OÙ CELA VIENT-IL ?

Anéjaculation : D’OÙ CELA VIENT-IL ?

D’OÙ CELA VIENT-IL ?

L’absence d’éjaculation provient soit d’un défaut de production du sperme soit d’un échec de propulsion de celui-ci vers l’extérieur.

POINTS FORTS

1er point : Défaut de production ou défaut d’expulsion

2e point: Fréquence de l’éjaculation rétrograde (intervention prostatique, médicaments)

DÉFAUT DE PRODUCTION

Le défaut de production est le plus souvent en rapport avec un déficit en hormones mâles (testostérone). Cette hormone est fabriquée principalement au niveau des testicules et sa fabrication est commandée par une zone du cerveau : l’hypophyse. La défaillance peut donc venir soit des testicules soit de la commande cérébrale.

Au niveau du cerveau, il peut s’agir d’une maladie congénitale appelée hypogonadisme idiopathique qui se caractérise par une hypophyse commandant peu ou mal la sécrétion des hormones mâles par les testicules. Le défaut de production peut être également secondaire à une intervention sur l’hypophyse (hypophysectomie). L’administration d’œstrogènes (parfois nécessaires dans le traitement du cancer de la prostate) bloque la commande hypophysaire de la sécrétion de testostérone par le testicule.

Au plan testiculaire, un développement anormal des testicules (agénésie testiculaire) est responsable d’une diminution de la sécrétion de testostérone. Il en est de même en cas d’ablation chirurgicale des testicules (orchidectomie bilatérale ou pulpectomie bilatérale) qui peut être rendue nécessaire par le traitement d’un cancer prostatique par exemple.

DÉFAUT DE PROPULSION

Le défaut de propulsion du sperme peut être du soit à un trouble neurologique (commande de la propulsion) soit à une atteinte mécanique de la voie d’excrétion.

Troubles neurologiques

Certaines maladies comme la sclérose en plaques peuvent être la cause de troubles éjaculatoires par altération des circuits nerveux de commande de l’éjaculation. Il en va de même de certains traumatismes de la moelle épinière.

Certaines interventions abdominales nécessitant de larges exérèses (chirurgie du cancer du testicule, chirurgie du cancer du tube digestif, …) peuvent léser les nerfs des circuits de commande de l’éjaculation.

Troubles mécaniques locaux

L’oblitération des canaux éjaculateurs au niveau prostatique peut être congénitale ou acquise.

Un rétrécissement de l’urètre peut empêcher le passage du sperme qui est alors retenu en amont et éventuellement stagne dans la vessie. Ce rétrécissement de l’urètre peut être d’origine infectieuse ou secondaire à une intervention endoscopique.

Éjaculation rétrograde

Un cas particulier est celui de l’éjaculation dite rétrograde. Lors de la phase d’émission, le sperme est séquestré et mis en pression au niveau de la prostate entre le sphincter strié de l’urètre qui le bloque en aval et le col de la vessie qui le bloque en amont. Lors de la phase d’expulsion normale, le sphincter strié de l’urètre se relâche et le sperme est évacué par l’urètre. S’il existe une défaillance au niveau du col de la vessie, le sperme au moment de la mise en pression est expulsé non pas vers l’urètre mais vers la vessie. Il en résulte une absence d’écoulement de sperme au niveau du méat urétral faisant évoquer le diagnostic d’anéjaculation ; le sperme se dilue dans les urines et est éliminé lors de la miction suivante.

La cause la plus fréquente d’éjaculation rétrograde est l’ablation chirurgicale de l’adénome prostatique (par voie abdominale ou endoscopique) qui laisse persister la coque de la prostate et le sphincter strié de l’urètre mais entraîne l’ouverture constante du col vésical.

Un certains nombre de médicaments agissent par ce mécanisme.

CAUSES MÉDICAMENTEUSES

Certaines prises médicamenteuses s’accompagnent d’anéjaculation. Le mécanisme habituellement retenu est celui d’éjaculation rétrograde, ces médicaments agissant essentiellement au niveau du col vésical.

Les plus fréquemment en cause sont les neuroleptiques, les hypotenseurs et les antidépresseurs.

CAUSES PSYCHOLOGIQUES

Des sentiments de crainte, de dégoût ou de culpabilité associés à l’acte d’éjaculer, une tendance à rationalise ou intellectualiser les sentiments émotionnels ont été décrit comme pouvant être à l’origine de désordre éjaculatoire.

Le mécanisme d’action de ces troubles psychologiques est souvent difficile à mettre en évidence. Ils ne doivent êtres évoqués qu’après avoir éliminé toute autre cause organique.

Contactez-nous