Le centre > Faq > Les traitements pour la lutte contre l'impuissance sexuelle dans notre centre à Marseille

Les traitements pour la lutte contre l'impuissance sexuelle dans notre centre à Marseille

QUEL TRAITEMENT PROPOSER ?

Le traitement de l’impuissance sexuelle organique est le plus souvent médical (par voie orale ou locale) plus rarement chirurgical.

POINTS FORTS

1er point : Les Injections intra-caverneuses sont le traitement le plus éfficace.

2ème point: Recours exceptionnel au traitement chirurgical (mise en place de prothèse).

3ème point : Ne pas oublier la prise en charge psychologique.

Le traitement de l’impuissance sexuelle d’origine organique doit tenir compte de l’étiologie de celle-ci. Il a néanmoins été révolutionné ces dernières années par les injections intra-caverneuses de produits permettant l’obtention secondaire d’une érection.

TRAITEMENT DE LA CAUSE

En cas de maladie endocrinienne, il faut bien sûr envisager le traitement de celle-ci pour tenter d’améliorer son retentissement sur la sexualité. On peut donc être amené à traiter un adénome à prolactine, un diabète, une déficience testiculaire par l’administration d’androgènes (testostérone).

De même, une cause médicamenteuse est à traiter par une diminution voire un arrêt du traitement et un changement de molécule.

Les causes vasculaires et notamment les artériopathies distales ont donné lieu dans le passé à des revascularisations artérielles chirurgicales. Ces techniques n’ont pas donné des résultats satisfaisants et ont à l’heure actuelle des indications très limitées.

TRAITEMENTS ORAUX

Associé aux conseils hygiéno-diététiques, il est à proposer en première intention. Il fait appel à des produits qui ont des propriétés facilitatrices de l’érection (Yohimbine®, Sargenor®).

La récente découverte d’une nouvelle molécule, le Sildénafil (Viagra®) a beaucoup modifié la prise en charge des patients impuissants. Il doit être pris une heure avant un rapport à la dose de 50 mg ou 100 mg. Les effets secondaires (céphalées, nausées, bouffées de chaleur, myalgies) sont fonction de la dose. Avant de débuter le traitement il faut éliminer des contre-indications cardio-vasculaires et s’assurer de l’absence d’interférence médicamenteuse (dérivés nitrés). L’efficacité de ce produit est certaine, mais meilleure dans les impuissances psychogènes que dans les impuissances organiques.

TRAITEMENTS LOCAUX

Injections intra-caverneuses

Elles consistent à injecter directement dans les corps caverneux un produit qui va induire une relaxation des fibres musculaires lisses et ainsi permettre un remplissage sanguin des alvéoles du corps caverneux. En pratique, l’injection est à pratiquer soi-même (auto-injection) ; elle nécessite un apprentissage rapide mais est indolore. L’érection survient dans un délai d’environ 20 mn après l’injection et dure de une à deux heures.
Les produits utilisés sont :

La papavérine : elle fut la première drogue utilisée mais elle n’a pas l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour cette indication. Elle est actuellement rarement utilisée car elle peut induire des érections pharmacologiques prolongées.

Les alphabloquants (Icavex®) : ce sont des substances facilitatrices de l’érection dont l’effet s’installe progressivement au cours du rapport sexuel.

Les prostaglandines (Edex®, Caverject®) : ce sont les substances inductrices les plus utilisées actuellement, surtout en cas d’impuissance organique.

Système d’aide mécanique à l’érection (vacuum)

Ce sont des appareils faits d’un cylindre raccordé à une pompe qui permet, par la création d’une dépression mécanique, d’entraîner un afflux sanguin dans la verge à l’origine d’une érection. Celle-ci est maintenue après retrait de l’appareil par un anneau plaçé à la racine de la verge. Il s’agit d’un moyen qui permet d’obtenir une érection satisfaisante sans complication, proposé le plus souvent en cas d’échec des injections intracaverneuses.

Administration intra-urétrale de gel de prostaglandine

Récemment mise au point, cette méthode, moins agressive que les injections intracaverneuses, est basée sur la pénétration du produit dans les corps caverneux après instillation dans le canal de l’urètre et massage de celui-ci pendant quelques minutes. Elle donne des résultats intéressants mais moins efficace que les injections intracaverneuses.

TRAITEMENT CHIRURGICAL

En cas d’échec de tous les traitements, en dernier recours, l’implantation d’une prothèse pénienne peut être envisagée. Ces prothèses peuvent être semi-rigides, orientables, permettant de rabattre la verge en dehors des rapports ; elles peuvent être gonflables, permettant de passer de l’état d’érection à celui de flaccidité. La mise en place d’une prothèse pénienne doit être accompagnée d’une information complète et d’un soutien psychologique adapté pour assurer les meilleures chances de succès de ce traitement.

Au total, le traitement de l’impuissance sexuelle organique a été transformé par le développement récent de nouveaux procédés thérapeutiques. Les traitements oraux sont prescrits en première intention ; en cas d’échec, un traitement local (injections intra-caverneuses) est proposé.

BIBLIOGRAPHIE (NON EXHAUSTIVE)

Réf. 1 : GUILLONNEAU B, VALLANCIEN G. Urologie. Collection Inter Med, Doin ed., Paris, 1999.

Réf. 2 : TOBELEM G, AMER M, ARVIS G. Impuissance sexuelle d’origine organique : diagnostic et traitement. -Editions techniques.-Encycl. Med. Chir. (Paris, France), Reins-Organes génito-urinaires, 18395 A10, 5-1990.

Réf. 3 : CUKIER J. L’urologie. Collection Que sais-je ? Presses Universitaires de France, 1995.

Découvrez comment vous traiter en consultant dans notre centre d'urologie à Marseille.

Contactez-nous