Le centre > Faq > Quel traitement proposé pour soigner l'infection rénale

Quel traitement proposé pour soigner l'infection rénale

QUEL TRAITEMENT PROPOSER POUR L'INFECTION RENALE?

On distingue le traitement de la pyélonéphrite aiguë simple de celui des formes compliquées qui doivent être prises en charge en Urgence.

POINTS FORTS

1er point : Traitement antibiotique durant 3 semaines de la pyélonéphrite aiguë simple.
2e point : Drainage en URGENCE de la pyélonéphrite sur obstacle.

Le plus souvent la personne qui se présente avec un tableau de pyélonéphrite aiguë fait l’objet d’une hospitalisation qui permet d’une part de pratiquer les examens à visée diagnostique dans un délai rapide, d’autre part de pouvoir prendre en charge EN URGENCE une pyélonéphrite compliquée et enfin de débuter le traitement approprié par perfusion.

LA PYÉLONÉPHRITE AIGUË SIMPLE

Il repose sur une antibiothérapie dite à large spectre. Le plus souvent sont prescrits deux antibiotiques synergiques éventuellement adaptés aux données de l’antibiogramme (qui mesure la sensibilité des différents antibiotiques au germe en cause). En pratique on administre fréquemment une association ßlactamines – aminosides ou fluoroquinolones – aminosides. L’administration est faite par voie intraveineuse (dans la perfusion) pendant quelques jours et poursuivie encore pendant 48 heures après la disparition de la fièvre. Ensuite on arrête l’administration de l’aminoside et le relais est pris par l’autre antibiotique (ßlactamine ou fluoroquinolone) par voie orale pendant 3 semaines. Il est important de poursuivre l’antibiothérapie durant toute cette période pour parfaitement traiter le parenchyme rénal et éviter toute récidive précoce. Un ECBU de contrôle en fin de traitement permet de s’assurer de la stérilité des urines.

LA PYÉLONÉPHRITE SUR OBSTACLE

La présence d’un obstacle sur la voie excrétrice impose un traitement en URGENCE compte tenu du risque de septicémie et de choc toxi-infectieux que cela comporte. Le traitement antibiotique doit être associé à un drainage de la voie excrétrice pour évacuer les urines purulentes qui stagnent en amont de l’obstacle. Le drainage se fait soit par voie rétrograde ou antégrade au bloc opératoire. Il s’agit de la mise en place d’une sonde spéciale (sonde double J) dans l’uretère jusqu’au-dessus du calcul en passant par l’urètre et la vessie par voie endoscopique (voie rétrograde). Parfois une approche percutanée est choisie qui consiste à ponctionner le rein à travers la peau et à placer une sonde de drainage dans les cavités rénales. Dans tous les cas, la sonde est laissée en place pendant plusieurs jours pour assurer un bon drainage des urines et permettre au traitement antibiotique d’être efficace.

L’ABCÈS DU REIN

Il se constitue souvent secondairement et se manifeste cliniquement par la persistance ou la reprise de la fièvre malgré un traitement antibiotique bien conduit. Il est confirmé par la tomodensitométrie. Souvent de petite taille (< 4 cm), son évolution se fait vers la régression à condition de poursuivre le traitement antibiotique par voie intraveineuse pendant 2 à 3 semaines. Son évolution est surveillée par des tomodensitométries successives. Lorsque l'abcès est de taille plus importante, il peut faire l'objet d'un drainage par mise en place d'un drain par voie percutanée sous contrôle échographique ou tomodensitométrique. Dans tous les cas, l'antibiothérapie doit être prolongée (≈ 1 mois).

LE PHLEGMON PÉRI NÉPHRÉTIQUE

Complication exceptionnelle, il doit faire l’objet d’un drainage chirurgical en urgence.

LA PYONÉPHROSE

Destruction purulente du parenchyme rénal, la pyonéphrose nécessite une néphrectomie sous couverture d’un traitement antibiotique par voie intraveineuse.

BIBLIOGRAPHIE

réf. 1 : GUILLONNEAU B, VALLANCIEN G. Urologie. Collection Inter Med, Doin ed., Paris, 1999.

réf. 2 : ROSTOKER G., BENMAADI A., LAGRUE G. infections urinaires hautes : pyélonéphrites. – Editions Techniques – Encyl. Med. Chir. (Paris, France), Néphrologie-Urologie, 18070 A10, 1991.

réf. 3 : CUKIER J. L’urologie. Collection Que sais-je ? Presses Universitaires de France, 1995.

FOIRE AUX QUESTIONS

Contactez-nous